Les Misérables : oeuvre figée pour l'éternité ?

Communication Commerce électronique - Mai 2004 - n° 5

Commentaire par Christophe CARON

EXTRAIT *

L'héritier de Victor Hugo et la Société des gens de lettres sont recevables à agir sur le fondement du droit moral. Le droit moral n'est pas absolu et doit s'exercer au service de l'oeuvre en accord avec la personnalité de l'auteur telle que révélée et exprimée de son vivant. Aucune suite ne saurait être donnée à une oeuvre telle que Les Misérables, à jamais achevée. CA Paris, 4e ch. A, 31 mars 2004, M. Pierre Hugo, Sté des gens de lettres de France c/ SA Plon et M. François Ceresa ; M. Carre-Pierrat, (...)

Accès au document complet [...]

SOURCES

Communication Commerce électronique

DOCUMENT COMPLET **

Pour lire le document complet, vous pouvez vous connecter aux solutions de recherche d'information et de veille juridique LexisNexis :


Votre REVUE

revue_image

Communication Commerce électronique

N°5 . 2004-05-01


Accès au Sommaire de la revue


* EXTRAIT : issu des publications et des documentations juridiques LexisNexis
** DOCUMENT COMPLET : soumis à abonnement