AccueilRevuesDroit de la familleDroit de la famille - Février 2005 - n° 2Les limites de la liberté de conscience et le divorce pour faute : le mari quoiqu' issu de la haute classe des brahmanes aurait dû faire quelques efforts pour s'adapter au mode de vie occidental

Les limites de la liberté de conscience et le divorce pour faute : le mari quoiqu' issu de la haute classe des brahmanes aurait dû faire quelques efforts pour s'adapter au mode de vie occidental

Droit de la famille - Février 2005 - n° 2

A noter également par Virginie LARRIBAU-TERNEYRE

EXTRAIT *

Si chacun des époux a droit au respect de sa liberté de conscience et de religion, elle trouve ses limites dans des pratiques compatibles avec une vie familiale normale. Or, si la femme s'est pliée pendant de nombreux mois aux exigences de pureté de son mari, ce dernier a appliqué avec zèle et intransigeance sa culture et sa religion,exigeant des proches et amis qu'ils enlèvent leur chaussures leur interdisant de s'asseoir sur le canapé et de toucher la nourriture, souillée par le moindre contact. (...)

Accès au document complet [...]

SOURCES

Droit de la famille
CA Metz, 4 mai 2004 : Juris-Data n° 2004-252912

DOCUMENT COMPLET **

Pour lire le document complet, vous pouvez vous connecter aux solutions de recherche d'information et de veille juridique LexisNexis :


Votre REVUE

revue_image

Droit de la famille

N°2 . 2005-02-01


Accès au Sommaire de la revue


* EXTRAIT : issu des publications et des documentations juridiques LexisNexis
** DOCUMENT COMPLET : soumis à abonnement