Encyclopédie > JCl. Europe Traité > Fasc. 199-2 : CONTENTIEUX DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L'UNION EUROPÉENNE

Fasc. 199-2 : CONTENTIEUX DE LA FONCTION PUBLIQUE DE L'UNION EUROPÉENNE

JCl. Europe Traité - Date de fraîcheur : 15 Janvier 2007

EXTRAIT *

Points-clés1. – La protection juridictionnelle des fonctionnaires des Communautés européennes trouve son fondement dans les articles 236 du Traité CE et 152 du Traité CEEA, qui attribuent la compétence exclusive à la Cour de justice des Communautés européennes, cette compétence étant aujourd'hui confiée en première instance au Tribunal de la fonction publique de l'Union européenne en vertu d'une décision du conseil (V. n° 1 à 3).2. – Le contentieux de la fonction publique est principalement un contentieux de la légalité (V. n° 4), le juge étant appelé à constater l'illégalité d'un acte et, en conséquence, à en prononcer l'annulation. Le juge communautaire est en revanche incompétent pour prononcer des injonctions (V. n° 5 à 10). Une compétence de pleine juridiction est reconnue dans les litiges à caractère pécuniaire (V. n° 11).3. – Le contentieux de la fonction publique a un caractère autonome par rapport aux contentieux généraux de l'annulation et de la réparation (V. n° 16 et 17). Lorsqu'un litige entre un fonctionnaire et l'institution trouve son origine dans le lien d'emploi, ce litige se situe, en ce qui concerne, notamment, sa recevabilité, en dehors du champ d'application des articles 235 et 288 du Traité CE (V. n° 18 à 27). De cette autonomie découle également l'irrecevabilité d'un recours intenté par des fonctionnaires au titre de l'article 230 du Traité CE (V. n° 28 à 31).4. – Ce contentieux concerne tout litige qui oppose la partie requérante (fonctionnaires, agents, etc. V. n° 32 à 41) et la partie défenderesse (V. n° 42 à 44) sur toute question relative à l'application du statut des fonctionnaires des Communautés européennes et du régime applicable aux autres agents, et susceptible d'entraîner des effets de droit (V. n° 45).5. – Parmi les conditions de recevabilité d'un recours figurent la nécessité d'attaquer un acte faisant grief (V. n° 47 à 56) et émanant de l'autorité investie de pouvoir de nomination (V. n° 57 à 61), ainsi que la nécessité pour le requérant de justifier d'un intérêt personnel à agir, né et actuel (V. n° 62 à 66).6. – Le recours juridictionnel est également conditionné par l'épuisement préalable d'une procédure précontentieuse (V. n° 67). Le fonctionnaire ou agent intéressé doit préalablement introduire une réclamation au titre de l'article 90, paragraphe 2, du statut (V. n° 72 à 77), précédée le cas échéant d'une demande au titre de l'article 90, paragraphe 1, du statut (V. n° 68 à 71). Ce n'est que suite à la décision de l'AIPN (explicite ou implicite) portant rejet de la réclamation (V. n° 55) que l'intéressé pourra introduire le recours juridictionnel (V. n° 78 à 80).7. – Tant la procédure précontentieuse que contentieuse est soumise à des conditions strictes de délais (délai de réclamation, V. n° 84 et 85, délai de recours, V. n° 86 à 88, délai d'introduction d'une demande indemnitaire, V. n° 90 et 91).

Accès au document complet [...]

SOURCES

JCl. Europe Traité

DOCUMENT COMPLET **

Pour lire le document complet, vous pouvez vous connecter aux solutions de recherche d'information et de veille juridique LexisNexis :


Votre ENCYCLOPEDIE

revue_image

JCl. Europe Traité



* EXTRAIT : issu des publications et des documentations juridiques LexisNexis
** DOCUMENT COMPLET : soumis à abonnement