Olivier Christen

January Mo, 2021 Fabrice Raoult

Olivier Christen, DACG de proximité

EXTRAIT DE LA REVUE LA SEMAINE DU DROIT – ÉDITION GÉNÉRALE – N° 3 – 18 JANVIER 2021

Après avoir exploré de multiples horizons de travail dans le domaine pénal avant sa récente nomination en tant que Directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), le magistrat Olivier Christen révèle son humanisme et sa volonté d’accompagner ses collaborateurs dans les multiples chantiers de sa direction, en particulier la justice pénale de proximité.

Lexis 360 Intelligence Avocat + 1600 Fiches pratiques

Nommé en septembre dans le sillage de l’actuel garde des Sceaux, le nouveau Directeur des affaires criminelles et des grâces Olivier Christen est en terrain connu place Vendôme. Ayant alterné juridictions et administration centrale tout au long de sa carrière débutée en 1997, il est nommé une première fois à la DACG comme rédacteur en 2002, un parmi les 300 collaborateurs qu’il dirige aujourd’hui. Il reviendra à la direction en 2014 comme sous-directeur de la justice pénale spécialisée puis au ministère en 2019 en tant que directeur adjoint du cabinet de Nicole Belloubet. Entre ces différents passages Hôtel de Bourvallais, il investit un vaste champ de compétences : juge d’instruction au TGI de Pontoise, chef du département de l’activité normative au secrétariat général du Gouvernement, vice-président chargé de l’instruction puis secrétaire général du TGI de Bobigny, chef de la section antiterroriste puis procureur adjoint du parquet de Paris et dans l’intervalle de ces deux derniers postes, conseiller justice des Premiers ministres Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Il semblerait qu’Olivier Christen apprécie le mouvement. De là peut-être sa fascination pour le XIXe siècle, période de bouleversements, faite de heurts politiques, d’à-coups institutionnels et d’une succession de désastres et de relèvements. Un âge d’or juridique aussi, magistralement capté par Balzac dont il apprécie la capacité à décrire la société française. Reconnaissant un parcours « pas complétement classique », il s’estime privilégié d’avoir exercé dans des domaines interministériels lui ayant procuré connaissances pratiques et opportunités que ce soit dans les secteurs de l’aide aux victimes, du terrorisme, de la délinquance économique et financière ou de la grande criminalité, souvent avec une dimension internationale.

Une expérience qui cadre justement avec les deux principaux enjeux de l’actualité pénale : d’une part le terrorisme et la sécurité nationale, d’autre part la justice pénale de proximité, chantier qui tient à cœur au ministre DupondMorreti. Avec le garde des Sceaux, dont il apprécie la vision de la justice pénale du quotidien ainsi que la connaissance de tous les tribunaux de France, le nouveau directeur travaille sur le partage des bonnes pratiques par les juridictions : circuits d’accueil des victimes, mission de délégué du procureur, amélioration du traitement des scellés, relations avec les mairies et bailleurs sociaux… Les grands sujets normatifs (justice des mineurs ; haine en ligne ; cour d’assises ; secret professionnel), les nouvelles technologies (visioconférence) et l’organisation du ministère public sont bien sûr en bonne place sur la feuille de route. Mais c’est le dossier structurant de justice de proximité qui correspond le mieux à l’humanisme d’Olivier Christen, insatiable curieux de la vie des autres : « J’ai besoin d’exercer un métier où je vois les gens » confie-t-il. Plutôt civiliste à l’origine, titulaire au terme d’un parcours universitaire l’ayant conduit de Limoges, d’où il est originaire, à Paris, d’un DEA de droit privé général, son goût pour la matière pénale, par sa dimension humaine, s’est révélé à l’ENM. Celui qui dès son plus jeune âge voulait devenir juge s’est particulièrement épanoui à l’instruction, avant-poste idéal pour appréhender la société. C’est dans son plaisir à travailler en équipe à la réalisation d’objectifs communs, et dans ses loisirs, par la lecture d’auteurs américains tels Joyce Carol Oates ou James Ellroy pour leur peinture sociétale, que s’exprime son intérêt pour autrui.

CTA Lexis PolyOffice

Articles associés